Stress in Europe

Droits des patients : soins de santé transfrontaliers


Dès 25 octobre, la Nouvelle Directive Européenne Soins de Santé Transfrontaliers est en vigueur. Néanmoins, il y a beaucoup d’Européens qui ne savent rien sur l’application des droits des patients en matière de soins de santé transfrontaliers en Europe.

Avant, les citoyens européens qui restaient dehors leurs pays d’origine pendant une période de temps et qui avaient besoin des soins de santé —ou des soins d’urgence— recevaient des soins à n’importe quel pays européen grâce à la carte européenne d’assurance maladie. Cette situation est toujours en règle.

La nouvelle Directive souligne que les patients ont droit à des traitements de qualité partout l’Union Européenne et au remboursement des frais de soins. Les personnes qui s’y intéressent auront un accès plus facile aux services sanitaires dans un autre pays européen, donc il y aura beaucoup plus d’options pour s’y faire soigner.

Si le patient veut programmer un traitement à l’étranger sous cette directive, il doit en principe demander une autorisation à son organisme d’assurance maladie avant de partir.

D’habitude, les patients préfèrent être soignés dans leur pays d’origine. Par conséquent, on estime que le mouvement de patients sera 1 % des dépenses publiques en matière de santé. Les principaux traitements seront la chirurgie de cataractes, des opérations du genou et prothèse de hanche.

De plus, les patients peuvent demander les informations nécessaires dans les points de contact nationaux des États membres de l’Union Européenne.

Une fois le patient en est informé et prend une décision, il devra demander une autorisation par écrit pour garantir le remboursement après le traitement. De plus, le patient doit payer les frais de voyage et de logement, car le droit de remboursement n’est qu’applicable aux frais médicaux —le prix doit être aussi cher ou moins cher que celui du traitement dans le pays d’origine. On doit savoir si le traitement choisi est parmi ceux qui peuvent être remboursés.

Le patient a le droit d’obtenir une copie de son histoire clinique dans le pays d’origine avant de partir et une autre copie après avoir reçu le traitement. Ainsi, la médication sera reconnue dans les deux pays.

Pour plus d’informations, cliquez ici.

Canary Medical Key, on prend soin de vous


We use cookies to ensure that we give you the best experience on our website.
Ok